Immobilier et travaux

Le bon plan du logement étudiant pour les investisseurs

Avec le nombre d’étudiants universitaires augmentant chaque année et qui cherchent tous à se loger, la cité universitaire comme les internats ne peuvent plus suivre la demande. Une grande partie des étudiants devront donc se tourner vers la location libre. Ce qui fait qu’investir dans un logement étudiant, semble représenter un bon plan pour les investisseurs. D’autant plus qu’il est aujourd’hui possible d’investir avec efficacité dans la résidence universitaire avec estudis.

Les formes d’investissement dans un logement estudiantin

Un tel investissement est promis à un bel avenir vu que la demande est aujourd’hui, plus élevée que l’offre existante. Pour s’engager dans ce domaine, il faut choisir entre deux options, soit la location meublée traditionnelle et les résidences estudiantines.

S’engager dans la location meublée ancienne arbore de nombreux avantages. Non seulement, les tarifs appliqués sont plus bas que dans le neuf, et ce genre d’habitation abonde. Toutefois, pour assurer la rentabilité de votre engagement, vous devez acquérir une résidence placée plutôt vers le centre-ville qu’aux alentours de l’université. Il est aussi conseillé de s’investir dans la location meublée, car les règlements dans ce contexte, sont plus flexibles et plus avantageux pour le propriétaire.

Les types d’habitation à acquérir

Les investisseurs doivent éviter les petites surfaces. En effet, les règlements sont certes, souples, mais ne laissent pas place à une surexploitation des étudiants. La loi Alur a d’ailleurs, modifié quelques-uns des règles régissant la location meublée estudiantine pour mieux protéger les locataires. Cette même loi proscrit toutes les habitations locatives estudiantines à petite surface. Elle oblige même les propriétaires à proposer des tarifs raisonnables pour ne pas léser des étudiants ayant le plus souvent un budget assez faible. Il est aussi à noter que la location meublée est soumise au régime fiscal BIC dit aussi régime des bénéfices industriels et commerciaux. Et si, en plus, le propriétaire opte pour le régime dit réel, il peut prétendre à une défiscalisation de ses charges locatives. Cependant, l’investisseur devra faire attention à ne pas payer bien plus que le bien immobilier qu’il veut acquérir, ne vaut en réalité, pour pouvoir espérer se faire des gains avantageux.